Site professionnel d’Olivier-Serge Candau

« Il est donc à croire que les besoins dictèrent les premiers gestes et que les passions arrachèrent les premières voix. » (Rousseau, 1781).

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Maître de conférences
en sciences du langage

Mon parcours en quelques lignes

D’abord enseignant dans le second degré en Côte-sous-le-vent en Guadeloupe en 2003 puis à Saint-Martin en 2007, j’enseigne à l’Université des Antilles depuis 2014. Enseignant-chercheur à l’Inspe de l’académie de la Guadeloupe, je prépare principalement les étudiants aux concours d’enseignement et à la recherche en linguistique et en didactique. 

Mes recherches

Mes recherches les plus récentes portent désormais sur la mise au jour d’une réflexion linguistique sur la langue créole aux Antilles françaises, qu’il s’agisse de la Guadeloupe, de la Martinique ou encore de Saint-Domingue, qu’exercent les colons mais aussi les voyageurs dans leurs écrits du XVIIe au XIXe siècle. Débusquant les présupposés, tantôt intuitifs, tantôt raisonnés des auteurs, ma recherche vise à croiser les discours sur la parole en créole et sur la langue créole, qui participent à l’élaboration d’une théorie du langage. Elle a en particulier pour ambition de dresser un état des lieux des discours sur l’émergence des créoles à base française dans l’ensemble des colonies françaises, de faire émerger les théories linguistiques explicites ou implicites à l’œuvre dans les discours sur les créoles, et de mettre en regard les discours à des échelles différentes dans l’ensemble des territoires évoqués. Mes travaux s’appliquent à rendre compte de la façon dont les auteursdans les Antilles françaises perçoivent le créole dans sa dimension linguistique– par quels moyens graphiques les voyageurs rendent-ils compte de ce qu’ils entendent ? en quoi la connaissance progressivement affinée du créole infléchit-elle sa transcription ? quelle place accorder au crible phonologique des transcripteurs ? – métalinguistique– quelle place attribuent-ils aux commentaires linguistiques au sein de leur description des territoires ? quel bagage lexicographique et grammatical les voyageurs mobilisent-ils pour décrire ce qu’ils entendent ? et épilinguistiques– de quels jugements de valeur font-ils part dans leurs écrits ? dans quelle mesure ces jugements fournissent-ils des informations cruciales sur la description de la langue, et sur la conception qu’ils se font de la langue en général ? L’éclaircissement de l’ensemble de ces points donnera lieu à une réflexion plus globale sur la posture adoptée par ces chroniqueurs de la langue créole, qui recourent de façon formulée ou implicite à un ensemble de références linguistiques, pour construire une théorie plus globale sur le créole. Fort de ces réponses à nos interrogations, nous espérons apporter notre contribution à une réflexion plus large sur la connaissance du monde créole à travers les témoignages linguistiques qui participent à la construction d’une véritable linguistique coloniale. J’espère ainsi contribuer à la documentation d’un pan encore insuffisamment exploité de la recherche consacrée à l’observation des phénomènes linguistiques à l’œuvre dans les sociétés coloniales bien avant l’émergence de la créolistique contemporaine, qui naît au tournant du XIXesiècle. 

Mes dernières publications et communications

2024 / Communications prévues  :  

  • « Écouter la voix des esclaves avec Médéric Louis-Élie Moreau de Saint-Méry et Jean-Jacques Rousseau », médiathèque Achille René-Boisneuf, Pointe-à-Pitre, 25 mai.
  • « Victoire ou la saveur des mots créoles ». Lecture de Victoire, les saveurs et les mots de Maryse Condé, « Maryse Condé. La Traversée des mondes », Inspe de la Guadeloupe, Université des Antilles, Les Abymes, 27 et 28 juin.
  • « Turiault, lecteur de Goux. Regards croisés sur l’Essai de grammaire du langage des Noirs et l’Étude sur le langage créole de la Martinique », 9e Congrès Mondial de Linguistique Française, Université de Lausanne, Suisse, 1er au 5 juillet.
  • « Entendre et faire entendre la parole des Caraïbes insulaires au 17e siècle », Naviguer sur les eaux, les langues et les cultures dans l’espace caribéen et atlantique : confluences et convergences », Congrès des franco-romanistes, Universität Passau, Passau, 24 au 27 septembre.
 

2024 / Actes publiés de conférences internationales, congrès et colloques  

  • Turiault, lecteur de Goux. Regards croisés sur l’Essai de grammaire du langage des Noirs et l’Étude sur le langage créole de la Martinique, 9e Congrès Mondial de Linguistique Française.